Distribution 2Le point sur la pandémie à Pondichéry. 

Informations du 7 juillet

Le gouvernement du Tamil Nadu a annoncé une prolongation du confinement jusqu'à la fin du mois de juillet, mais  avec des aménagements.

Chennai et ses 3 districts adjacents, où le nombre de cas est le plus élevé du du Tamil Nadu, ont des règles beaucoup plus strictes. Il y a près de 100 000 cas positifs dans le Tamil Nadu et 1264 sont morts.

Beaucoup d'habitants de Chennai ont quitté la ville, contribuant ainsi à répandre le virus dans toutes les régions et villages. 

A Pondichéry, le confinement est partiel (de 14h à 6h du matin). Le nombre de cas de Covid augmente régulièrement. Au 7 juillet, le nombre de cas positifs signalés à Pondichéry est de 1041 et on compte 14 decès. On signale notamment de nouveaux cas à Vanrapet, où vivent bon nombre de nos enfants parrainés. 

Pour l'instant, aucune décision n'a été prise concernant la réouverture des écoles. Les écoles privées ont commencé des cours en ligne pour leurs élèves. Les écoles pourraient ré-ouvrir en septembre, mais  sans certitude à ce jour.

Au Volontariat, les employés, les résidents d'Amaidhi Illam et de Nila Illam ainsi que les travailleurs de l'Atelier Shanti ont reçu un traitement ayurvédique afin de stimuler leur immunité.  Dans quelques jours, un traitement homéopathique appelé Arsenic Album 30 sera distribué à tous les employés ainsi qu'aux familles des enfants parrainés.

La distribution de produits alimentaire aux familles continue, à Pondy comme à Kilinjikuppam, ainsi que la distribution de repas aux indigents de la rue.

 

importance of social distancing and supply of masks to the families

 

Kilinjikuppam Provisions given to the village people

Informations fin avril

Le confinement a été prolongé jusqu'au 17 mai

Familles des enfants parrainés : bien que Pondichéry semble peu touché par le virus (toujours 8 cas déclarés .... ???), le confinement des familles a des répercussions économiques dramatiques puisque la grande majorité des parents a un emploi précaire (femme de ménage, repasseur, manutentionnaire), parfois remunéré à la journée (peintre, conducteur de rickshaw, etc). Evidemment toutes ces personnes sont maintenant sans emploi, et donc sans ressources. Le gouvernement a fait une premier versement de 2000Rs à chaque famille nécessiteuse, soit 24€. Mais il faut continuer à payer le loyer, ce qui semble très très compliqué pour ces familles qui "survivent" au jour le jour. De plus les écoles sont fermées, privant ainsi les enfants d'un repas par jour équilibré et qui était très précieux pour cette population vivant au-dessous du seuil de pauvreté.

La distribution des produits de première nécessité par les équipes du Volontariat continue, (une distribution à chaque famille tous les mois) et durera au minimum 3 mois.

Aide aux personnes vivant dans la rue : le Volontariat prolonge la distribution de repas préparés dans la cusine centrale au moins jusqu'à la fin juin.

Un repas par jour est distribué à environ 250 mendiants.

 IMG 20200402 WA0025  IMG 20200402 WA0026  IMG 20200402 WA0037
 IMG 20200402 WA0038  IMG 20200428 WA0021  IMG 20200428 WA0022

 

Nouveau projets envisagés après la crise : le Volontariat se propose d'intervenir sur d'autres formes d'actions afin d'aider les familles à sortir du marasme après la crise et à retrouver un travail : formation ou reconversion des femmes vers d'autres métiers, micro-crédits pour favoriser l'élevage. La mise en place de ces projets se fera pour un minimum de  6 mois.

 

Informations du 27 avril

Covid 19 Poster 01L'équipe indienne a pris une nouvelle initiative en faveur des familles : le directeur et les travailleurs sociaux ont mis en place un service d'écoute et de conseil par téléphone.  En effet, Il y a beaucoup d'inquiétude, de démotivation parmi la population. Les jeunes ont peur de l'avenir.

Donc, l'équipe du Volontariat informe, conseille et offre un soutien psychologique aux familles des enfants parrainés et aux jeunes.

 

 

Informations du 20 avril

 - Il y a 17500 cas déclarés en Inde et 650 décès. A Pondichéry, il n'y aurait (?) que 7 cas déclarés.... Le confinement a été prolongé jusqu'au 3 mai.

- La distribution de produits de première nécessité aux familles des enfants parrainés continue. Le gouvernement a également versé 2000 Rs aux familles pauvres. Le prix des denrées alimentaires a grimpé. Et il est très difficile de se procurer des fruits et légumes : très peu de magasins, et rapidement pris d'assaut.

- La difficulté est de se déplacer. La police arrête indistinctement les gens dans la rue, y compris quand ce sont des salariés d'ONG comme le Volontariat qui assurent les distributions de produits alimentaires et de repas pour les plus pauvres. Sendil, le directeur, a notamment beaucoup de difficultés à se rendre à l'association, où il coordonne le travail d'approvisionnement et de distribution des denrées. Ceci alors que les pouvoirs publics ont sollicité le Volontariat pour accueillir des publics en difficulté (personnes agées notamment).

- L'atelier Shanti a partiellement réouvert, le matin : ils fabriquent des masques pour les familles des enfants parrainés. Une première commande de 1100 masques est en cours de fabrication.

 

Une distribution de produits alimentaires pour les salariés de l'atélier a été effectuée ces derniers jours :

IMG 20200420 131938 IMG 20200421 103417

IMG 20200420 132132 

 

Informations du 4 avril

Comme ailleurs dans le monde, le confinement est imposé à Pondichéry (pour l'instant jusqu'au 15 avril :  les magasins non alimentaires, les restaurants et bars sont fermés, ainsi que le Sunday Market, les cinémas, piscines, terrains de sport. Tous les rassemblements de plus de 4 personnes sont interdits. Les transports en publics sont à l'arrêt.

Les écoles et Universités sont fermés. Les examens des 11th et 12th standard (Première et terminale) ont pu avoir lieu. Les autres sont repoussés à la fin avril ou bien annulés.

On a des raisons de s'inquiéter quand on connait l'entassement des habitats dans les quartiers déshérités, leur exiguité (en moyenne pas plus de 15-20m2 pour 5 personnes). Un confinement dans ces conditions est quasi insurmontable. Par ailleurs, la plupart des parents ont un emploi précaire, et se retrouvent sans ressources. A Pondichéry, pas de chomage technique ni de chomage partiel.....

Les policiers donnent des coups de matraque sur les véhicules de passage dans les rues (scooter et voitures), et parfois aussi sur les gens.... En outre, toute infraction est passible d'un an d'emprisonnement.

Pondichéry, si trépidante et animée, est à son tour devenue une ville morte :

 

 Grand axe  Policiers Goubert Avenue  Rue vide

 

Comme dans les précédentes situations d'urgence, le Volontariat est très réactif et s'est immédiatement mobilisé pour aider les plus pauvres :

Voici les nouvelles récentes communiquées par le Directeur, Sendil.

 

 Depuis le début du confinement, le Volontariat assure :

- la distribution de repas aux gens vivant dans la rue, qui sont privés d'argent et donc d'accès à la nourriture. 

 Mendiant  Mendiants 2

 

 

- la distribution d'aliments et autres produits de première nécesité pour toutes les familles des enfants parrainés, à Pondichéry comme a Kilinjikuppam, aussi longtemps que durera le confinement. Cela représente environ 10€ par famille et par mois : huile, céréales, sucre, sel, graines, épices, légumes secs et également de la spiruline, excellent complément alimentaire pour toutes les personnes sous-alimentées, ainsi que du savon.

 

 distribution 1  Distribution 2  Distribution 4
 
 
 
Distribution 3 
 
 
Les enfants de Sourya sont repartis dans leurs familles, lorsqu'ils en ont. Les 3 autres ont été envoyés à la ferme de Touttipakam, où se trouvent les autres orphelins de Nilla Illam. Bien entendu, et c'est vraiment regrettable pour les enfants, il ne sera pas possible d'organiser les camps d'été à la ferme cette année.

 

En tout, ce sont 1365 enfants et leurs familles qui sont actuellement aidés par le Volontariat.

 

Toutes les installations accueillant encore des résidents (ferme, crèche, maison d'accueil des personnes agées) sont régulièrement désinfectées :

 desinfection creche  desinfection ferme 2 desinfection ferme 

 

 Le gouvernement de Pondichéry a demandé au Volontariat d'accueillir des personnes agées supplémentaires. Comme on est en situation d'urgence, il est difficile de refuser. Le directeur a invité les autorités à venir constater qu'Amaidi Illam n'est pas une structure accueillant des gens en dortoirs. Bien entendu, cela crée un risque de contamination parmi nos ainés, alors qu'aucun cas n'a encore été détecté pour le moment. 

 

Le comité de Paris se mobilise pour aider le Volontariat dans ces actions par l'envoi de dons exceptionnels. 

Nous vous tiendrons régulièrement informés de l'évolution de la situation sur place.